Tribulations d'une runneuse addict (Chapitre I)

octobre 05, 2015 Camille Garcia 0 Comments

J'ai longtemps fait attendre cet article je ne savais pas par où commencer ni quel titre lui donner. Finalement je me lance aujourd'hui avec le premier chapitre de mon expérience sur le running.


Pour la petite histoire le running à commencer très tôt c'est le tout premier sport que j'ai pratiqué (en somme du patinage artistique et de la natation car j'étais une petite fille plutôt grassouillette et je devais me dépenser énormément).
C'est également un sport de famille puisque c'est une passion pour mon père qui a fait le marathon de New York en un temps record et celui de Mende, Nîmes, Montpellier etc... et qui prévoit actuellement de faire celui de Chicago. Bref c'est quelque chose d'ancré dans mes gènes (si on peut dire) et d'ailleurs quand je ne cours pas pendant un moment, je ne me sens pas bien et je deviens vite agressive si je n'ai pas "ma dose" de run par semaine (oui oui). Mais cette addiction n'a pas commencé d'un coup !

Je suis réellement devenue addict cette année. A force de pratiquer la course à pied et d'entrainements musculaires (squat etc...) j'ai commencé a acquérir une certaines "résistance" à l'effort au fil des kilomètres (parce que oui au début ça tire sur les jambes).
Au début j'ai commencé à courir en garrigue à une allure correcte et je faisais 2 km à tout casser. Quelques semaines après j'en ai fait 3 puis 3,5km. Je suis restée longtemps au pallier 3,5km puis j'ai changé d'endroit j'ai couru essentiellement sur du plat. J'ai commencé par faire 4km, 4,5km et puis je me suis également arrêtée à ce pallier jusqu'à ma première course l'an dernier: la Zontienne. Une course caritative en association avec la ligue contre le cancer du sein. Nous étions en majorité des femmes (bien que cette course soit également ouverte aux hommes), j'y suis allée avec mon amie Laetitia et j'ai tenu 5km sans m’arrêter. J'étais vraiment heureuse ! Puis c'est là que j'ai augmenté mon niveau. Durant mon année universitaire j'ai remplacé le run par la natation et pendant mes vacances j'allais quelques fois au stade faire des tours de terrains (c'est con de faire des tours et des tours mais ça a été efficace pour moi).
Cet été j'ai couru régulièrement (une fois chaque soir à peu près) et j'en suis au moment ou je vous écrit à 8km et je sens que je peux faire plus il me faut juste du temps. J'ai bon espoir pour le "semi-semi marathon" du mois de mai où il faudra donc faire 10km .

Ce que vous devez savoir, à mon humble avis, c'est que l'endurance ne s'acquiert pas d'un claquement de doigts! Pour moi il a fallu beaucoup de temps. Il faut énormément de volonté mais aussi de temps libre; ce qui n'est pas forcément donné à tout le monde surtout quand on fait des études universitaires (et je sais de quoi je parle) ! Il faut également modifier son alimentation (cela fera l'objet d'un prochain chapitre).

Selon moi la clé pour courir longtemps est qu'il faut aimer courir! J'aime vraiment ça et j'aime trouver des petites techniques pour moins me fatiguer, car oui, il existe des astuces toute bêtes pour progresser efficacement. Certains runners vous donnerons pleins d'astuces sur "comment courir en montée" ou "comment éviter les pierres en garrigue" ou bien "quels aliments manger pour avoir un bon coup de fouet pendant un run".
L'été j'aime revenir d'un run chez moi et enfiler mon maillot et immédiatement sauter dans la piscine ! C'est la carotte à la fin de l'effort et c'est ça qui me plaît. C'est un sport complet et qui apporte tellement ! Je pense notamment à la blogueuse Chloé (La penderie de Chloé) qui a crée son propre "running crew" (ça c'est vraiment génial non??) en plus de nous faire nous dépenser ce système le fait en communauté, dans la joie et la bonne humeur. Quoi de mieux que de faire du sport tout en étendant son réseaux social?


Vous avez été nombreux a me demander ce type d'article sur les réseaux sociaux alors j'espère de tout cœur qu'il vous a plu. Je ne suis pas une experte de la course loin de là mais je sais que des conseils et expériences peuvent pousser certains à s'y mettre. Alors si cet article atteint ce but j'en serais extrêmement heureuse.

Sportivement votre,
Camille

0 commentaires: